II. B. L’Algérie de 1954 à 1962

  • I] UN TERRITOIRE COLONISÉ EN 1830 OÙ VIVENT UN MILLION D’EUROPÉENS

    Divisée en 3 départements, l’Algérie est administrée par les Français : les Algériens ont moins de droits politiques et vivent sous la domination économique des Européens.

    ♦ Le gouvernement français (IVe République) refuse de décoloniser ou de réformer.

    ♦Présent dès le XIXe siècle, le nationalisme algérien se radicalise mais il est divisé entre le Front de Libération nationale (FLN – Ahmed BEN BELLA) et le Mouvement nationaliste algérien (MNA – Messali HADJ).

     

    II] UNE « GUERRE SANS NOM » LONGUE ET DOULOUREUSE

    ♦ Les premières oppositions datent de 1945 (massacres de Sétif et Guelma par les autorités françaises) et le conflit se radicalise en 1954 (« Toussaint rouge » : attentats du FLN).

    ♦ C’est une guerre de décolonisation entre des mouvements indépendantistes (utilisant l’arme du terrorisme) et une armée régulière répressive (bombardements, arrestations, ratissage : bataille d’Alger (1957). La torture est utilisée.

    ♦ C’est une guerre civile franco-française marquée par l’opposition entre les généraux à Alger (SALAN, MASSU) et le gouvernement français à Paris ; DE GAULLE revient au pouvoir en 1958 pour tenter de régler la situation. On peut relever les attentats de l’OAS (Organisation armée secrète) et la tentative de putsch à Alger (1961).

    ♦ C’est enfin une guerre civile algéro-algérienne : les nationalistes algériens sont divisés. Il y aura une forte répression contre les harkis (Algériens servant l’armée française).

     

    III] LA PAIX, ET APRÈS ?

    ♦ Le 18 mars 1962, les accords d’Evian mettent fin aux combats ; l’indépendance de l’Algérie est proclamée le 5 juillet 1962.

    ♦ Du côté français, le bilan est lourd : 25 000 morts ; choc psychologique des soldats marqués par la « sale guerre » ; rapatriement des pieds-noirs et de quelques milliers d’harkis ; réveil du souvenir de la guerre (mémoire) dans les années 1970-1980.

    La guerre fut rude aussi du côté algérien : 250 000 morts ; massacre de milliers d’harkis ; utilisation de la guerre d’Algérie pour stabiliser l’État algérien après l’indépendance (FLN au pouvoir) ; tensions internes (guerre civile dans les années 1990).

  • A venir…

    Aucun article trouvé.
  • Aucun article trouvé.
  • TOUT VOIR

    Aucun article trouvé.

    AFFICHES

    Aucun article trouvé.

    ŒUVRES

    Aucun article trouvé.

    PHOTOGRAPHIES

    Aucun article trouvé.

    PRESSE

    Aucun article trouvé.

    SCHÉMAS & INFOGRAPHIES

    Aucun article trouvé.

  • Aucun article trouvé.
  • TOUT VOIR

    Aucun article trouvé.

    ARCHIVES

    Aucun article trouvé.

    DISCOURS

    Aucun article trouvé.

    DOCUMENTAIRES

    Aucun article trouvé.

    EXTRAITS DE FILM

    Aucun article trouvé.

    INTERVIEWS

    Aucun article trouvé.

    PRODUCTION WEB

    Aucun article trouvé.

    REPORTAGES TV

    Aucun article trouvé.

  • A venir…