La rupture sino-soviétique justifiée par la propagande chinoise

« La critique de Staline par le XXe Congrès du PCUS [Parti communiste d’URSS] fut erronée. […] La vie de STALINE fut celle d’un grand marxiste-léniniste, d’un grand révolutionnaire prolétarien […]. Mais dans son rapport secret au XXe Congrès du PCUS, le camarade KHROUCHTCHEV a complètement répudié STALINE, défigurant la dictature du prolétariat, le système socialiste, le grand Parti communiste de l’Union soviétique, la grande Union soviétique et le mouvement communiste international. […]

La direction du PCUS s’attache avec un zèle croissant à conclure des marchés politiques avec l’impérialisme américain et ne pense qu’à contracter une alliance réactionnaire avec KENNEDY, n’hésitant pas, pour ce faire, à sacrifier les intérêts du camp socialiste et du mouvement communiste international. L’exemple frappant est la crise de Cuba au cours de laquelle la direction du PCUS versa dans le capitulationnisme en cédant au chantage nucléaire de l’impérialisme américain. »

 

« Les divergences entre la direction du PCUS et nous – leur origine et leur évolution », Renmin Ribao (Quotidien du peuple), 6 septembre 1963

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *