La Résistance française tournée vers les États-Unis (1943)

L’article est rédigé par le comité d’experts de la France libre fondé par Jean MOULIN en 1942.

 

« Au lendemain du traité de Versailles, quelle a été la cause essentielle du désarroi européen, sinon l’éloignement de plus en plus marqué des États-Unis ? Le même péril menacerait demain notre sécurité péniblement reconquise, […] si nous concevions l’Europe comme une Communauté indépendante et autonome. Nous ne sommes pas capables, par nos propres moyens, de réfréner les appétits de domination qui, d’âge en âge, se réveillent dans le peuple allemand. Il faut, pour les tenir en respect, la présence réelle de l’Amérique, sans laquelle nous n’aurions pas gagné la guerre en 1918, et sans laquelle nous aurions été cette fois définitivement réduits à l’esclavage. Notre seule garantie que la paix nouvelle ne sera pas déchirée comme la précédente, c’est que les États-Unis continuent à s’intéresser effectivement aux affaires de l’Europe. »

Comité général d’étude de la Résistance, « La France et l’idée d’Europe », Les Cahiers politiques, n°1, avril 1943.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *