La Charte de l’Atlantique (14 août 1941)

Le 14 août 1941, alors que la guerre fait rage en Europe, le président des États-Unis Franklin Delano ROOSEVELT et le Premier ministre britannique Winston CHURCHILL se rencontrent à bord du navire de guerre Prince of Wales, au large de Terre-Neuve. Le texte énonce quelques grands principes moraux (qui ne seront pas tous respectés) qui serviront de base à la charte des Nations-unies (1942) et qui permettent de préparer l’opinion publique américaine à une entrée en guerre ultérieure de leur pays.

 

« Le Président des États-Unis et M. CHURCHILL, Premier Ministre, représentant le Gouvernement de Sa Majesté dans le Royaume-Uni s’étant réunis, croient devoir faire connaître certains principes communs de la politique nationale de leurs pays respectifs sur lesquels ils fondent leurs espoirs d’un avenir meilleur pour le Monde.

Premièrement, leurs pays ne recherchent aucune expansion territoriale ou autre.

Deuxièmement, ils ne désirent voir aucune modification territoriale qui ne soit conforme aux désirs librement exprimés des populations intéressées.

Troisièmement, ils respectent le droit qu’ont tous les peuples de choisir la forme de Gouvernement sous laquelle ils entendent vivre ; et ils désirent voir restituer, à ceux qui en ont été privés par la force, leurs droits souverains.

Quatrièmement, ils s’efforceront, tout en respectant comme il se doit leurs obligations existantes, d’assurer, sur un pied d’égalité, à tous les États, grands et petits, vainqueurs ou vaincus, l’accès et la participation, dans le monde entier, au commerce et aux matières premières indispensables à leur prospérité économique.

Cinquièmement, ils désirent faire en sorte que se réalise, dans le domaine économique, la plus entière collaboration entre toutes les nations, afin d’assurer à toutes de meilleures conditions de travail, le progrès économique et la sécurité sociale.

Sixièmement, une fois définitivement détruite la tyrannie nazie, ils espèrent voir s’établir une paix qui offrira à toutes les nations les moyens de demeurer en sécurité à l’intérieur de leurs propres frontières et qui assurera à tous les êtres humains de tous les pays la possibilité de vivre durant toute leur existence à l’abri de la crainte et du besoin.

Septièmement, une telle paix doit permettre à tous les hommes de parcourir sans entrave les mers et les océans.

Huitièmement, ils sont convaincus que toutes les nations du monde, pour des motifs aussi bien réalistes que spirituels, devront finir par renoncer à l’usage de la violence. Puisqu’à l’avenir aucune paix ne saurait être durable tant que les nations qui menacent ou pourraient menacer de commettre des actes d’agression en dehors de leurs frontières continueront à disposer d’armements terrestres, navals ou aériens, ils sont convaincus qu’en attendant l’institution d’un système permanent de sécurité générale établi sur des bases plus larges, il est essentiel de désarmer ces nations. En outre, ils entendent faciliter et encourager toutes autres mesures pratiques susceptibles d’alléger, pour les peuples pacifiques, le fardeau des armements. »

 

Charte de l’Atlantique, 14 août 1941.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *